Une soignante révèle les 5 tout derniers regrets qu’expriment les mourants sur leur lit de mort

mourant-360Une soignante révèle les 5 tout derniers regrets qu’expriment les mourants sur leur lit de mort par Bronnie Ware (qui travailla des années dans le soin des mourants).

Pendant, de nombreuses années, j’ai travaillé dans le soin palliatif.

Mes patients étaient ceux qui, étaient rentrés chez eux pour mourir.

J’étais là dans les trois à douze dernières semaines de leur vie. Les personnes grandissent beaucoup quand ils affrontent leur propre mortalité.

J’ai appris à ne jamais sous estimer la capacité de grandir pour tout un chacun. Quelques changements sont même phénoménaux. Chacun, expérimenta une grande variété d’émotion comme attendu : déni, peur, colère remords, plus de renoncement que parfois d’acceptation…chaque patient trouva sa paix avant de partir vers l’au-delà, chacun d’entre eux.
Quand on les questionne sur les éventuels regrets qu’ils ont ou sur qu’est ce qu’ils feraient différemment, les mêmes thèmes reviennent encore et encore. Voici les cinq principaux, les plus communs.

  1. J’espère avoir eu le courage, de vivre une vie selon mes propres attentes et non pas celle que les autres attendaient de moi. C’est thème le plus récurrent. Quand les gens réalisent que leur vie est quasiment finie et qu’ils peuvent clairement la regarder avec recul, c’est facile de voir que tous leurs rêves sont partis sans avoir été accomplis. La plupart des gens n’ont pas pu honorer la moitié de leurs rêves et ils doivent mourir en sachant si c’est du à des choix qu’ils ont fait ou pas fait. C’est important d’avoir essayé ou honoré quelques uns de nos rêves le long du chemin de notre vie. Du moment où vous perdez votre santé, c’est trop tard, la santé offre une liberté que très peu de personnes réalise, jusqu’à ce qu’ils ne l’aient plus.
  2. J’aurais aimé de pas travailler aussi dur. Ceci est le cas de tous les patients hommes que j’ai soigné. Ils ont manqué l’enfance de leurs enfants et la vie commune de leur conjoint. Les femmes expriment aussi ce regret, mais cela vient d’une génération qui n’a pas été au travail pour gagner son pain. Tous les hommes que j’ai soigné regrettent profondément, d’avoir passé autant de leur vie à courir sans fin après une existence de travail.
    En simplifiant votre façon de vivre et en faisant des choix conscients sur la durée. il est possible de ne pas avoir besoin du revenu, dont vous pensez avoir besoin. En créant ainsi de l’espace dans votre vie, vous devenez de plus en plus heureux. et plus ouvert à de nouvelles inopportunités, de celles qui correspondent mieux à votre nouvelle façon de vivre.
  3. J’espère avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments. Beaucoup de gens expriment leurs sentiments de façon à rester en paix avec d’autres. Au final, ils se construisent une existence médiocre et ne sont jamais ceux qu’ils sont réellement capable de devenir. La plupart développent des maladies liées l’amertume et au ressentiment qu’il en résulte. On ne peut pas contrôler les réactions des autres. Cependant la plupart des gens peuvent réagir quand vous changez la façon dont vous êtes et que vous vous mettez à parler franchement.. A la fin, cela amène la relation à un tout nouveau niveau, de plus en plus sain ou cela élimine de votre vie les relations qui sont malsaines, de toutes les façons vous êtes gagnant.
  4. J’espère être resté en contact avec mes amis. Souvent les personnes n’ont pu pleinement réaliser tout le positif que peuvent leur amener de vieux amis jusqu’à leurs semaines de mourant et il n’est pas toujours possible de les localiser. La plupart ont été tellement pris dans leur propre vie qu’ils ont laissé des amitiés en or s’endormir au fil des années. Ils ont de profonds regrets de n’avoir pu donner à ces amitiés le temps et les efforts qu’elles méritaient. Les amis manquent à tout le monde quand on est mourant. C’est commun à toute personne ayant un mode de vie prenant de laisser des amitiés de côté, mais quand ils font face à leur mort qui approche, les détails physiques de la vie s’en vont. Les gens veulent mettre en ordre si possible leurs finances mais ce n’est plus l’argent ou le statut social qui priment à leurs yeux, ils veulent mettre les choses en ordre plus pour le bénéfice de ceux qu’ils ont aimé ou pensent avoir aimé. Ils sont souvent trop malades et fatigués pour mener cette tâche à bien.Tout se ramène à l’amour et au lien familial à la fin. Tout ce qui reste dans les dernières semaines : amour et lien familial.
  5. J’espère m’être autorisé à devenir heureux. Celui-ci est un surprenant point commun : beaucoup réalise à la fin que le bonheur est un choix. Ils restent enfoncés dans de vieux modèles et habitudes. Le soi-disant confort habituel submerge leurs émotions, aussi bien que leur vie physique. La peur du changement les amène à prétendre aux autres aussi bien qu’à eux-mêmes qu’ils étaient satisfaits de cela. Quand au plus profond d’eux-mêmes il leur tarde d’en rire comme il faut et d’avoir encore la stupidité dans leur vie. Quand vous êtes sur votre lit de mort, ce que les autres pensent de vous est loin de vos pensées. Qu’il est merveilleux de pouvoir encore se laisser aller, et de sourire alors même que vous allez mourir.
    La vie est un choix, c’est votre vie, choisissez consciencieusement, choisissez judicieusement, choisissez honnêtement, choisissez, le bonheur.

http://www.ariseindiaforum.org/nurse-reveals-the-top-5-regrets-people-make-on-their-deathbed/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *